Que poster sur les réseaux sociaux et sur son blog ?Temps de lecture estimé à 8 minutes

Comme nous l’avons vu : pour avoir une communication efficace sur internet, il faut être régulier ou régulière.


Sommaire de la série d’articles

1. Les 7 erreurs marketing des auteurs et autrices autoéditées

2. Les 3 clés pour dompter les algorithmes

3. Les 6 piliers d’un marketing d’auteur qui fonctionne

4. La victoire commence dans la tête

5. Une méthode infaillible pour atteindre ses objectifs

6. Définissez et connaissez votre livre pour mieux le vendre

7. Comment définir son lectorat pour ne pas se louper

8. Déterminer le prix de son livre et ses canaux de vente

9. Visibilité, démarcation de la concurrence et communication

10. Que poster sur les réseaux sociaux et sur son blog ?

11. Optez pour les bonnes actions promotionnelles

12. Analyser ses résultats en 5 questions

13. Élaborer sa stratégie marketing


Il faut également publier du contenu qui donne envie à vos abonnés de s’engager, mais aussi qui le leur permet.

Pour savoir ce qu’est l’engagement, je vous renvoie à l’article Les 3 clés pour dompter les algorithmes dans lequel j’explique de quoi il s’agit.

C’est bien beau de dire qu’il faut de la régularité et de l’engagement, mais comment fait-on ? De quoi parler sans redondance ? Comment encourager son audience à interagir ?

Commencez par intégrer cette idée :

Personne ne voit 100 % de votre contenu.


N’ayez pas peur de saouler vos abonnés ou de donner l’impression de radoter. Personne ne voit 100 % de votre contenu.

Donc, si vous publiez une fois par jour, personne ne verra tous vos posts. Et si vous en recyclez un ancien, ce n’est pas grave : soit on l’aura oublié, soit il n’aura pas été vu avant.

Personne ne voit 100 % de votre contenu.

(Jamais deux sans trois, comme on dit.)

N’ayez donc pas peur de publier une fois par jour sur les réseaux et une fois par semaine sur votre blog, votre chaîne Youtube, votre podcast, votre newsletter. D’ailleurs, c’est le meilleur moyen de ne pas vous faire oublier par votre audience et de vous faire repérer (en bien) par les algorithmes.
 

Rédiger du contenu engageant

On m’a plusieurs fois fait la réflexion « Mais si les personnes se sont abonnées, c’est qu’elles sont intéressées par mon univers, non ? »

Oui… mais non.

Il faut que vous gardiez à l’esprit que vous devez parler de ce qui intéresse votre audience. Il ne s’agit pas toujours de ce dont vous avez envie de parler.

Les personnes s’abonnent parce que ce que vous faites les intéressent, certes, mais elles n’ont pas envie de ne lire que du contenu qui ne parle que de vous et de vos projets tout le temps. Votre audience veut se sentir concernée parce qu’elle lit. Elle veut sentir qu’elle a une place dans votre projet. Vous devez échanger avec votre audience.

Un contenu engageant, c’est un contenu à forte valeur ajoutée, qui apporte quelque chose à votre audience.

Ainsi, du contenu engageant, ce sont des publications telles que :

  • des questions ouvertes qui encouragent votre public à parler de lui
  • des questions fermées où il ne faut répondre que par oui ou non ou des sondages
  • des conseils
  • des demandes d’avis
  • des partages sincères d’expérience ou d’avis

Pensez aussi à toujours respecter votre ligne éditoriale. Même s’il est toujours possible de faire un post qui s’en écarte de temps en temps, respectez-la 99 % du temps. Une ligne éditoriale vous permettra d’être cohérent-e dans votre communication et d’attirer les bonnes personnes.

Trouver des idées de contenu

On peut classer les publications sur internet en 3 grandes catégories :

  • l’éducation et l’inspiration
  • le divertissement
  • la vente et la promotion

La dernière catégorie ne représentant que maximum un tiers de vos publications.

1. L’éducation et l’inspiration

Dans cette catégorie, on peut ranger toutes les publications qui vous permettent de prouver votre expertise. Ce sont des publications qui servent à enrichir votre audience avec votre vécu et vos connaissances.

Vous pouvez donc partager des publications comme :

  • des conseils (d’écriture, de lectures inspirantes, d’organisation de bibliothèque…)
  • des retours d’expérience (des choses cool et moins cool que vous avez vécues et les expériences que vous en avez tirées…)
  • des tests de « produits » (des avis lecture, des logiciels d’écriture, des appli de bibliothèques en ligne…)
  • des transmissions d’apprentissage
  • vos valeurs (les thèmes qui vous tiennent à cœur et qu’on peut retrouver dans vos romans, pourquoi vous écrivez, votre manifeste…)
  • des partages de contenu d’autres personnes
  • etc.

2. Le divertissement

Il s’agit de publications un peu plus légères qui ne parlent pas directement de vos livres ou de votre expertise, mais plutôt de tout ce qui tourne autour. Ce sont des partages tels que :

  • des citations inspirantes/motivantes/drôles
  • des anecdotes
  • des blagues
  • votre lecture/thé/série/etc. du moment
  • une présentation des coulisses de votre écriture et/ou de votre autoédition
  • un retour sur votre parcours
  • des publications un peu plus « blabla » où vous demandez l’avis de votre audience, où vous lancez une discussion (ou un débat, si votre audience y est réceptive), où vous faites un sondage…
  • etc.

3. La vente et la promotion

Ici, ce sont les publications dont on a tendance à abuser quand on commence. Ce sont toutes les publications qui parlent de vos livres. C’est-à-dire :

  • des partages d’extraits
  • la présentation de vos romans
  • des actions promotionnelles (on en parle la semaine prochaine)
  • des retours de lecteurs et lectrices
  • des appels à l’action (encouragez votre audience à s’inscrire à votre newsletter, à visiter votre site, écouter votre podcast, regardez vos vidéos…)
  • des partages de votre actualité (vos prochaines sorties, vos séances de dédicaces, vos projets…)

Les différents supports de communication

On parle beaucoup de la communication et de la visibilité sur les réseaux sociaux, mais, en vérité, ce ne sont pas nécessairement eux qui ramènent le plus de lecteurs ni qui convertissent le plus.

Statistiquement, ce qui convertit le mieux, c’est la newsletter et ce qui ramène le plus d’abonné-e-s ce sont les supports de publication de contenu (blogs, podcasts et vidéos). Bien entendu, ces données sont générales et il existe des auteurs et des autrices pour qui c’est complètement différent. D’où l’importance de surveillez vos statistiques : cela vous permettra de savoir quelles actions vous ramènent le plus de résultats.

La newsletter

Ou infolettre.

Il s’agit d’un courriel que vous envoyez aux personnes qui s’y inscrivent. Honnêtement, si je devais vous conseiller un moyen de communication avec votre audience, ce serait celui-ci.

Ces newsletters servent à rester en contact étroit avec vos abonné-e-s et à leur partager divers types de contenu :

  • vos résultats en terme de ventes, de chiffre d’affaires, de retours de lecteurs…
  • vos actualités
  • vos réflexions personnelles que vous ne souhaitez pas partager en public
  • du contenu exclusif
  • des anecdotes
  • des promotions « privées »
  • des accès anticipés ou des avant-premières

On dit que la bonne fréquence est d’un mail par semaine. Pour ma part, cela dépend de votre audience et de ce que vous avez à raconter. On peut considérer 3 fréquences différentes intéressantes :

  • le courriel quotidien : court, il traite un sujet précis. Comme il est très fréquent, on peut se permettre de dévier parfois un peu de son sujet pour être plus sincère et parler un peu plus à cœur ouvert. Cette fréquence est parfaite pour les personnes qui font des promotions fréquentes ou qui sortent souvent des nouveautés.
  • le mail hebdomadaire : je le trouve parfait pour partager des contenus un peu plus fouillé comme des articles ou des réflexions un peu plus poussées. Je trouve cette fréquence parfaite pour les personnes qui sortent des nouveautés une à deux fois par an et qui ne font pas de promotions fréquentes.
  • l’infolettre mensuelle : il s’agit vraiment d’une lettre d’information qui sert souvent à faire des bilans du mois et à partager des réflexions assez profondes.

Il est vrai qu’on ne sait pas toujours de quoi on pourrait parler dans une newsletter. De même, il est parfois compliqué de mettre en place un formulaire d’inscription et de gérer toute la technique derrière. Toutefois, la newsletter a cet énorme avantage sur les réseaux sociaux de pouvoir créer une sorte d’intimité avec vos abonné-e-s (après tout, vos avez tout de même un accès direct dans leur boîte mail, ce n’est pas rien !), mais, surtout, votre liste d’inscrit-e-s vous appartient. Si demain, votre réseau social ferme ses portes ou se fait massivement hacké, vous perdrez tous vos contacts et vous devrez recommencer de zéro. Alors qu’avec une newsletter, votre liste d’abonné-e-s vous appartient. Vous avez la possibilité de l’exporter et de la conserver sur votre PC.

On y est également beaucoup plus libre que sur les réseaux car il n’y a pas de censure ni de limite de caractères.

Il n’y a, également, que très peu de dépendance aux algorithme.

Les réseaux sociaux

Ils sont pratiques pour diffuser rapidement une information et pour échanger avec des collègues ou des lecteurs et lectrices, mais ils sont aussi très traîtres. Entre les algorithmes changeant et la multiplicité des publications qui prennent d’assaut tout le monde, il est compliqué de réussir à s’y faire vraiment une place.

Toutefois, les réseaux sont toujours agréables pour leur immédiateté et la spontanéité des followers.

On pose souvent la question des heures de publication. Il faut savoir que chaque audience est différente. Il n’y a donc pas d’heure type qui garantisse un excellent engagement. Il faut voir avec son audience et analyser ses statistiques pour savoir quand votre lectorat est le plus réactif.

Les blogs, podcasts et vidéos

La création de contenu, quel que soit le support, est un Graal en marketing (en tout cas, de mon point de vue). Elle permet d’échanger sur des sujets divers et variés et, ainsi, d’attirer notre lectorat grâce au référencement.

Les contenus publiés sont riches et intéressants et permettent de créer une vraie stratégie basée sur le fait que vous laissez venir à vous des personnes qui sont réellement attirée par vos livre sans avoir à prospecter. C’est ce que l’on appelle l’inbound marketing et la stratégie par le contenu.

Voilà ! C’est tout pour aujourd’hui. J’espère que cet article vous a plu.

À la semaine prochaine.

Prenez soin de vous !

Virginie

Cet article a été envoyé en avant-première aux abonné-e-s de la newsletter Conseils d’autoédition.

Si vous aussi vous souhaitez recevoir la primeur des prochaines publications et bonus, ainsi qu’un accès aux ressources gratuites, n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter !

Et pour vous souhaiter la bienvenue, recevez la liste détaillée des 17 étapes de l’autoédition !

* Champs requis
Conformité RGPD *
Que poster sur les réseaux sociaux et sur son blog ?
Étiqueté avec :                

2 avis sur « Que poster sur les réseaux sociaux et sur son blog ? »

  • 15/09/2020 à 13:21
    Permalien

    Merci pour cet article, aussi éclairant que les précédents ! Comme beaucoup d’auteurs.ices, je n’avais pas les bases en marketing, et votre blog est une vraie mine d’or !
    Bonne continuation !

    Répondre
    • 15/09/2020 à 18:08
      Permalien

      Merci beaucoup ! 😀
      Je suis ravie si cette série d’articles vous aident !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :