Élaborer sa stratégie marketingTemps de lecture estimé à 7 minutes

Et voilà ! C’est le dernier article de cette série à propos du marketing d’auteur. Déjà !

Mais, ce ne sera pourtant pas la dernière fois que l’on parlera de marketing, vous et moi !

D’ailleurs, si cette série d’articles vous a plu, je vous invite à lire ce mail jusqu’au bout 😉


Sommaire de la série d’articles

1. Les 7 erreurs marketing des auteurs et autrices autoéditées

2. Les 3 clés pour dompter les algorithmes

3. Les 6 piliers d’un marketing d’auteur qui fonctionne

4. La victoire commence dans la tête

5. Une méthode infaillible pour atteindre ses objectifs

6. Définissez et connaissez votre livre pour mieux le vendre

7. Comment définir son lectorat pour ne pas se louper

8. Déterminer le prix de son livre et ses canaux de vente

9. Visibilité, démarcation de la concurrence et communication

10. Que poster sur les réseaux sociaux et sur son blog ?

11. Optez pour les bonnes actions promotionnelles

12. Analyser ses résultats en 5 questions

13. Élaborer sa stratégie marketing


Stratégie est un mot qui effraie souvent car il fait appel à l’image d’une très grosse multinationale qui injecte des millions dans des campagnes de pub pour promouvoir son nouveau produit.

Pourtant, une stratégie n’est qu’un ensemble d’actions à mener et décidées à l’avance pour arriver à un but précis.

Définir une organisation et un planning de travail pour écrire un roman, c’est une stratégie.
Établir un calendrier de révision pour réussir ses examens, c’est une stratégie.
Faire une liste de repas pour savoir exactement quoi acheter quand on fait ses courses hebdomadaires, c’est une stratégie.

Établir une stratégie marketing, ce n’est rien d’autres que :

  1. Se fixer des objectifs
  2. Lister ses outils
  3. Définir un plan d’action
  4. Agir en fonction de ce plan
  5. Mesurer et analyser les résultats
  6. Tirer des conclusions
  7. Recommencer

Établir un plan d’action

L’étape du plan d’action est celle qui transforme les idées en éléments opérationnels afin de concrétiser la vision de votre réussite.

Pour étable ce plan d’action, vous aurez besoin de vos objectifs SMART et de vos outils. Ces derniers correspondent à tous les points que nous avons vus au cours de cette série d’articles. À savoir :

  • votre Pourquoi
  • votre image de marque
  • les différents textes qui définissent votre livre
  • votre lectorat idéal
  • votre étude du marché
  • vos choix d’impression, de distribution et de diffusion de vos livres
  • vos choix de communication (newsletter, site/blog, réseaux sociaux…)
  • les actions promotionnelles que vous souhaitez lancer

Une fois que vous aurez vos objectifs et tous vos outils sous la main, posez-vous ces questions :

  1. Pourquoi ? — Il est impératif que vous rappeliez la raison d’être de cet objectif à atteindre, il doit avoir du sens pour vous ou vous n’arriverez à rien.
  2. Quelles sont les actions à mener ? — nommer chaque action et expliquez brièvement de quoi il s’agit. Pensez à les prioriser.
  3. Qui doit effectuer quelles actions ? (facultatif) — Cette question est à poser si vous déléguer certaines tâches ou si vous travaillez à plusieurs comme dans le cas d’une action conjointe.
  4. Comment effectuer ces actions ? — Lister vos ressources (matériel, logiciel, connaissances…) à votre disposition. Vérifiez que chacune soit opérationnelle et que vous (ou l’une des personnes avec qui vous travaillez) sachiez vous en servir.
  5. Quand ces actions doivent-elles être effectuées ? — Établissez un (rétro)planning en fonction du facteur temporel de objectif SMART. Définissez également les dates et horaires de début et de fin de chaque action.
  6. Où seront-elles menées ? — Prenez en compte autant les lieux physiques (salon, séance de dédicace, meet up…) que numériques (blog, plateforme de vente, réseaux sociaux…)
  7. Combien ? — Fixer des critères de réussite afin de savoir si une action a été un succès ou non, mais aussi pour analyser vos résultats par la suite et savoir ce qui a fonctionné ou pas.

La matrice d’Eisenhower pour apprendre à prioriser

La matrice d’Eisenhower est un système d’organisation et de priorisation que j’utilise de manière depuis plus de 15 ans maintenant. Même si, à l’époque, je ne savais pas que ça s’appelait comme ça.

Le principe est simple : il permet de classer les tâches à effectuer en fonction de leur urgence et de leur importance. La matrice d’Eisenhower se présente sous une forme de tableau :

Ainsi :

  • en A, on retrouve les tâches urgentes et importantes qui doivent être faites en priorité et ne peuvent être déléguées.
  • En B, ce sont les tâches urgentes, mais pas importantes que l’on peut déléguer ou faire dès que possible.
  • En C, les tâches pas urgentes, mais importantes doivent être planifiées, traitées rapidement et qui ne peuvent être déléguées.
  • En D, les tâches pas urgentes et pas importantes peuvent être mise de côté le temps de mûrir ou abandonnées ou être faites quand tout le reste sera traité.

Si le format en tableau ne vous intéresse pas (ce qui est mon cas), vous pouvez également travailler avec des listes de couleurs où chaque couleur correspond à un niveau d’importance et d’urgence. Voici mon système de classement des tâches :

  • en rouge : les tâches urgentes et importantes
  • en vert : les tâches urgentes, mais pas importantes
  • en bleu : les tâches pas urgentes, mais importantes
  • en noir : les tâches pas urgentes et pas importantes

Ce système-là, en liste, peut aussi vous permettre de classer vos tâches en fonction de leur date butoir ou de leur urgence pour établir plus facilement un rétroplanning :

  • en rouge : à faire dans la journée/à faire en priorité (ce sont les tâches de base de votre plan d’action)
  • en vert : à faire dans la semaine/à faire sans attendre (ce sont les tâches de l’étape 2 de votre plan d’action)
  • en bleu : à faire dans le mois/à faire quand le reste est terminé (ce sont les tâches qui vous permettront de dégrossir vos actions et de vous rendre opérationnel-le)
  • en noir : à faire dans le trimestre/à faire quand on aura le temps (ce sont les tâches qui vous permettront de peaufiner vos actions, elles ne sont pas essentielles à la réussite de votre plan).

Par exemple, vous souhaitez mettre en place votre newsletter, voici un exemple de priorisation des tâches :

  • En rouge : faire le point sur ses besoins et son budget, comparer les différents services d’emailing et choisir son prestataire.
  • En vert : créer et configurer son compte.
  • En bleu : créer sa première liste, mettre en place un formulaire d’inscription, le partager et établir un calendrier éditorial avec les 5 premières newsletters.
  • En noir : créer son lead magnet (le cadeau que vous envoyer en échange de l’adresse email) et sa séquence de courriels de bienvenue et rédiger et programmer l’envoi des premières newsletters.

Le diagramme de Gantt pour réaliser un rétroplanning

Le diagramme de Gantt, du nom de son inventeur Henry Gantt, est un outils visuel de planification et d’organisation des étapes d’un projet et des tâches qui les composent.

Un diagramme de Gantt, ressemble à ça :

À gauche se trouvent toutes les étapes et tâches. À droite, c’est le diagramme en lui-même.

Cet outils facilite :

  • la maîtrise et la visualisation de l’enchaînement des étapes et des tâches
  • la planification
  • la validation des étapes
  • la gestion des ressources (personnes, budget, matériel, logiciel…)
  • la gestion des imprévus

Les étapes de construction d’un digramme de Gantt :

  1. Posez une date de fin (dans le cas d’un rétroplanning)
  2. Listez les étapes et les tâches qui les composent.
  3. Déterminez l’ordre dans lequel les étapes et tâches doivent être réalisées et les dépendances des étapes et tâches entre elles (par exemple : les étapes 2 et 3 doivent être faites après la 1 et avant la 4, mais la 4 et la 5 peuvent être faites simultanément).
  4. Déterminez le temps que prendra chaque étape et chaque tâche et posez des dates de début et fin pour chacune.
  5. Attribuez des ressources (matériel, logiciel, personne, budget…) à chaque tâche.
  6. Définissez des jalons (À partir de quand le projet est-il viable ? Après quelle(s) étape(s) faut-il faire des bilans pour réajuster le planning ? Quels documents sont-ils nécessaires pour quelles étapes ? Etc.)

Voilà ! C’est tout pour aujourd’hui. J’espère que cet article vous a plu.

À la semaine prochaine.

Prenez soin de vous !

Virginie

Cet article a été envoyé en avant-première aux abonné-e-s de la newsletter Conseils d’autoédition.

Si vous aussi vous souhaitez recevoir la primeur des prochaines publications et bonus, ainsi qu’un accès aux ressources gratuites, n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter !

Et pour vous souhaiter la bienvenue, recevez la liste détaillée des 17 étapes de l’autoédition !

* Champs requis
Conformité RGPD *
Élaborer sa stratégie marketing
Étiqueté avec :                

2 avis sur « Élaborer sa stratégie marketing »

  • 06/10/2020 à 11:03
    Permalien

    Bravoooo pour avoir terminé cette chouette série, très pro ! Bon, ok, je n’ai pas eu le temps de tout lire encore, mais j’ai vraiment aimé ta présentation (visuels, titres) et ton contenu, pour les articles que j’ai lus !
    Alors, encore une fois, félicitations ! 🙂

    Répondre
    • 12/10/2020 à 10:01
      Permalien

      Merci ! 😊

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :