Y a-t-il un âge pour devenir auteur ou autrice ?Temps de lecture estimé à 10 minutes

Il y a quelques temps, j’ai reçu un email d’une ado de 16 ans. Elle est en plein dans l’écriture de son premier roman et se pose plein de questions, m’a-t-elle dit.

Parmi ses questions, trois m’ont été envoyées par email :

  • Est ce que je suis trop jeune pour déjà écrire un livre ?
  • Est ce que si je veux le publier, mais que je ne suis pas majeur, est ce possible ?
  • Est ce que ce que j’écris pourrai intéresser les adultes ?

J’ai trouvé ses questions très intéressantes et très pertinentes et je crois qu’elles peuvent intéresser beaucoup de personnes.
Aussi, j’ai décidé de vous partager mes réponses.

Bien entendu, il ne s’agit de ce que je pense et le débat reste ouvert.

Y a-t-il un âge minimum pour écrire un livre ?

C’est une question ou une réflexion que je croise souvent chez les jeunes écrivain-e-s, comme si la jeunesse rendait les rendait illégitime à écrire.

Je pense qu’il n’y a pas d’âge minimum requis pour raconter des histoires, il en va de même quand il s’agit de les écrire. Je dirais même que plus tôt on s’y met et mieux c’est !

En revanche, quand on se met à écrire jeune, il faut garder à l’esprit que notre style va changer, que notre vision de certains sujets va évoluer, que nos genres de prédilections ne resteront peut-être pas les mêmes et que notre forme préférée de rédaction changera peut-être également (passer de la nouvelle au roman, par exemple).
Bien sûr, il y a beaucoup de “peut-être”, tout simplement parce qu’il y a une chance pour que certaines choses ne changent jamais. Par exemple, j’ai toujours écrit dans le registre de l’imaginaire et, au vu de mes prochaines idées, ce n’est pas près de changer !

Quand on se met à écrire jeune et encore plus quand commence en étant adolescent-e, la fougue de la jeunesse nous fait souvent oublier que notre écriture n’est pas acquise et qu’elle va beaucoup changer avec la pratique (ainsi qu’avec la lecture et la vie, tout simplement).
Dès lors, penser à la publication est peut-être un peu rapide à ce stade.


Peut-on publier en étant mineur ?

En théorie, oui.

Mais il faut savoir que l’autorisation des représentants légaux (parents ou tuteurs) est obligatoire et que les droits d’auteur seront bloqués jusqu’à la majorité de l’écrivain-e.

Je dis en théorie parce que ce n’est pas quelque chose de fréquent, ni de conseillé, d’ailleurs. Publier un-e mineur-e pour un éditeur n’est pas une bonne idée, et ce, pour plusieurs raisons :

  • L’écrivain-e ne sera pas disponible pour faire sa promotion (séances de dédicace, interviews, présence sur les réseaux sociaux…) ce qui représente un fort manque à gagner pour l’éditeur. En effet, comment vendre un livre efficacement si l’auteur ou l’autrice n’est pas disponible pour en parler ?
  • Tout doit passer par les représentants légaux, voire par des services juridiques pour pouvoir valider certaines demandes qui vont de la simple organisation de séance de dédicaces à l’utilisation de l’image d’un mineur à des fins commerciales. La protection de la jeunesse étant très stricte dans nos régions, cela ne ferait que faire perdre du temps (et de l’argent) à l’éditeur.
  • L’instabilité de la jeunesse fait également très peur aux éditeurs. Comme dit plus haut, beaucoup de choses vont changer entre l’adolescence et l’âge adulte, que ce soit les thèmes, le style, le regard sur certaines choses… Cette incertitude ne permet pas à un éditeur de faire des plans sur le long terme avec un-e écrivain-e ado. En outre, dans le cas d’une série, un éditeur n’est déjà pas assuré qu’un adulte finira celle qu’il a commencée, alors un-e adolescent-e qui déborde d’idées et d’envies, c’est encore moins sûr ! On peut également ajouter que la majorité des adolescent-e-s cessent d’écrire une fois dans les études supérieures par manque de temps et ne reprennent pas non plus lorsqu’ils et elles commencent à travailler, se marient, fondent une famille, se découvrent une nouvelle passion, etc. toujours par manque de temps, voire parfois par désintéressement vis-à-vis de l’écriture.
  • Lorsqu’un éditeur décide de payer les défraiements à un auteur ou une autrice pour un déplacement en salon, il est rare qu’il veuille également les payer pour le ou les représentants légaux d’un-e mineur-e.

De plus, je déconseille de publier en étant mineur, car il y a également une question d’expérience qui entre en ligne de compte. Ici, il est autant question d’expérience de vie (événements marquants, rencontres, lectures…) que d’expérience d’écriture (pratique de l’écriture, faire face aux critiques…). Le style comme la pensée ont besoin de temps pour se perfectionner pour réussir à traiter certains sujets avec la justesse et la profondeur idoines. Dans certains cas la jeunesse peut être un atout puisque l’ado va pouvoir traiter certains thèmes avec plus de fraîcheur, voire de candeur, mais ce ne sera pas la majorité.

Au-delà des thèmes et de l’expérience, il y a également la question du style. Il est rare d’avoir un style réellement abouti à 16 ans ne pas confondre pas abouti avec inintéressant. En général, c’est à cet âge-là qu’on commence seulement à prendre conscience de ce qu’est le style et qu’on commence à le travailler. Ce qui a pour conséquence le risque d’avoir un style très inégal dans la production littéraire et même au sein d’un même livre.

En outre, un autre facteur est à prendre en compte, celui du temps. Être édité-e demande du temps. Il faut du temps pour sélectionner les éditeurs à contacter, il faut du temps pour envoyer les manuscrits, il faut du temps pour recevoir une réponse (positive ou négative — d’ailleurs l’accumulation de refus peut très bien être décourageante au point de dégoûter quelqu’un d’écrire, c’est aussi quelque chose à prendre en compte : a-t-on les nerfs assez solides à 15 ou 16 ans pour supporter un tel nombre de rejets ?).
Et si, un jour, une réponse positive atterrit dans votre boîte aux lettres, il faut du temps pour savoir si on accepte la proposition ou pas, il faut du temps pour vérifier chaque point du contrat pour ne pas se faire avoir (entre le compte d’auteur et les éditeurs peu scrupuleux qui profitent du manque d’expérience des parents et de leur enfant pour faire passer des closes abusives, les arnaques sont nombreuses), il faut du temps pour revoir et corriger son manuscrit avec l’éditeur.
Et une fois que le roman est publié, il faut consacrer du temps à la promotion, il faut être présent en salon et aux dédicaces, il faut être présent pour les interviews, etc.
Tout ce temps, c’est du temps qu’on ne passera pas à écrire le prochain livre, du temps qu’on ne passera pas avec ses amis, du temps qu’on ne passera pas à travailler pour les cours. C’est aussi du temps qui sera pris sur celui des représentants légaux, puisque c’est à eux de tout superviser.

Ajoutons à cela, l’argent que coûtent tous les déplacements en salon : il faut payer l’hôtel, les repas, les trajets, etc. Tous les éditeurs et tous les salons ne défrayent pas leurs auteurs et autrices, le plus souvent, c’est aux artistes de payer leurs déplacements.
Et si les éditeurs sont prêts à payer les déplacements, les repas et l’hôtel à leurs auteurs et autrices, ils ne le sont que rarement pour tout payer à leurs représentants légaux.

N’oublions pas non plus que dès la majorité les droits d’auteur seront débloqués. Ce qui signifie qu’il devra y avoir déclaration d’impôts, peut-être paiement d’impôts, mais surtout cotisation à l’Agessa et à la Maison des auteurs. Ce qui signifie paperasse et comptabilité supplémentaire. Et, bien entendu, le statut d’artiste-auteur qui ne fait que compliquer les relations avec la sécurité sociale en tout cas encore à l’heure où j’écris ces lignes.

Tout ça, ce sont des facteurs à prendre en compte lorsque l’on souhaite faire publier un roman. La publication, qu’elle soit à compte d’éditeur ou en autoédition, n’est pas un acte anodin de production-rétribution. Publier un livre, c’est rentrer dans un système aux engrenages multiples et complexes et je pense qu’il est important de connaître tous les tenants et les aboutissants de la publication avant de se lancer dans l’aventure.
Et ce, quel que soit son âge, d’ailleurs.



Avant toute chose, je pense qu’il est important de se demander pourquoi on veut publier à 16 ans.
Si c’est pour l’argent, c’est mal parti : le monde du livre est en train de se noyer dans son fonctionnement archaïque et la fortune ne sourit même plus aux audacieux dans ce milieu-là.
Juste pour être lu-e ? Il existe des plateformes comme Wattpad ou des forums qui vous permettront de créer de réelles interactions entre vous et vos lecteurs, mais aussi de pouvoir évoluer au milieu d’autres écrivain-e-s qui ne seront pas avares de conseils pour vous que vous puissiez vous améliorer.


Les écrits adolescents peuvent-ils intéresser les adultes ?

J’ai posé la question sur Twitter pour avoir d’autres avis que le mien et la question semble avoir été comprise de différentes manières.
Voici la manière dont je l’ai comprise au vu des questions précédentes : “Est-ce que les récits écrits par des adolescent-e-s sont susceptibles d’intéresser les adultes au point de les voir publiés et achetés ?”

C’est une question à laquelle il est très difficile de répondre, car la réponse dépend beaucoup et des écrivain-e-s ainsi que des lecteurs et lectrices.

Mais, honnêtement, il y a peu de chances, en tout cas dans le cadre d’une publication payante. Il est rare d’avoir, à 16 ans, une écriture suffisamment mûre : le style est rarement abouti — bien que souvent prometteur —, plutôt inégal, il subsiste des incohérences dans les récits, les histoires sont bien souvent déjà vues et les personnages sont rarement des archétypes auxquels peuvent s’identifier les adultes. Pour toutes ces raisons, il est rare que les écrits adolescents intéressent des personnes qui ont déjà, pour la plupart, une certaine expérience de lecture et qui ont certaines exigences.

Cependant, gardons à l’esprit que certains adultes s’intéressent aux romans écrits par des ados parce qu’ils cherchent les talents de demain. Il existe également certaines personnes qui aiment la fraîcheur et la spontanéité qui caractérisent les écrits adolescents comme on n’est pas à l’abri de l’émergence d’un prodige. Mais ces deux derniers cas de figure restent rares.

Toutefois, ça ne doit pas décourager les jeunes d’écrire ! Le talent n’a pas d’âge et le travail ne peut que le bonifier !

J’aimerais conclure avec cette citation de Nicolas Boileau qui décrit avec justesse ce qu’est l’écriture et la vie d’écrivain :

Avant donc que d’écrire, apprenez à penser.

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.

Y a-t-il un âge pour devenir auteur ou autrice ?
Étiqueté avec :                                

29 avis sur « Y a-t-il un âge pour devenir auteur ou autrice ? »

  • 30/10/2020 à 22:31
    Permalien

    Bonjour ! J’ai bientôt 14 ans et je possède des avantages dans le milieu littéraire. J’aime vraiment lire et écrire et c’est ce que je fais depuis 3 ans déjà. J’ai écrit 2 “livres” que je n’ai pas encore fini mais qui m’ont l’air assez sympa. L’un parle d’une lycéenne qui se fait harcelée et qui mène sa vie, avec ses petits problèmes, déclic, dépressions, et tentatives de suicide. Et l’autre d’une fille orphan qui quitte sa tante pour s’échapper du destin de “princesse” et entre autre elle devient une hors-la-loi. J’avoue que je perds légèrement d’inspiration pour le deuxième. Tous mes professeurs me l’ont dit que j’avais un don pour cela et on me l’a aussi reproché parce que j’écrivais des trop long texte en contrôle ^^’ Mais j’aime ça ! Alors je me pose la question.. On m’a refusé le droit de devenir prof de français. Je dois abandonner l’écriture ? Sachant que je suis en plein pic d’inspiration ? Merci d’avance ! Luna~

    • 31/10/2020 à 16:24
      Permalien

      Bonjour, j’ai 13 ans, et sympa ton message ! Je ne suis pas l’auteure de cet article, mais je serai toi, je ne posterai pas tes histoires comme ça à tout va, sur Internet, on risque de te voler tes idées, autrement dit, de te les piquer sans ton autorisation ! Mais continue comme ça, moi aussi je suis douée dans le domaine de la littérature. Tu veux devenir professeur de Français, plus tard ? C’est une très bonne idée. Tu sais, si c’est ce que tu veux faire comme métier, personne n’a le droit de te casser tes rêves et/ou tes idées. Si tu aimes ça, tu le feras. Pour le reste de tes requêtes, je préfère ne pas te répondre, de crainte de dire n’importe quoi. L’auteure de cet article saura mieux te répondre que moi. Voilà, merci !
      P.S: J’ai une question un peu débile, penses-tu que moi aussi j’ai un talent, un don en écriture ?

      • 31/10/2020 à 19:03
        Permalien

        Il faut savoir qu’on ne peut pas voler une idée. Les idées appartiennent à tout le monde.
        On ne peut voler qu’un texte en lui-même, non une idée d’histoire.

        Le talent ne fait pas l’écrivain ou l’écrivaine. Le travail prime. Si tu as envie d’écrire, alors écrit et ne te soucies pas de ce que les autres pensent. La qualité de ton écriture ne viendra qu’avec le travail. Donc écris, corrige, lis et recommence 😉

        • 31/10/2020 à 19:52
          Permalien

          Donc, je n’ai pas de talent ? 😞

          • 31/10/2020 à 19:59
            Permalien

            Je n’ai pas dit ça. D’ailleurs, comment veux-tu que je sache si tu as du talent alors que je n’ai rien lu de toi ?
            J’ai dit que ce qui compte le plus, c’est ton envie d’écrire et ta persévérance.

        • 31/10/2020 à 20:50
          Permalien

          Oui, c’est vrai, je suis idiote là-dessus, je n’aurais pas dû dire cela : par ailleurs, je vous remercie de votre réponse.

      • 31/10/2020 à 19:35
        Permalien

        Tu écrit très bien ^^ Donc oui ! Et merci beaucoup !

    • 31/10/2020 à 19:10
      Permalien

      Tu as 14 ans. Personne n’a le droit de t’interdire le moindre choix de carrière ! Si tu souhaites devenir professeure de français, fais tout ce que tu peux pour le devenir. C’est TA vie, c’est TOI qui décides 😉

      Écris les histoires qui te plaisent, je n’ai pas à les juger 😉
      Si la seconde ne t’inspire pas, tu as le droit de l’abandonner pour la reprendre plus tard, si tu le souhaites.

      N’abandonne jamais l’écriture, certainement pas quand tu as envie d’écrire.

      En outre, il faut que tu saches que tu n’as pas besoin de devenir professeure de français ou de faire des études littéraires pour écrire des livres. N’importe qui peut écrire des romans, pas besoin d’un diplôme littéraire pour ça.
      J’ai un parcours scientifique et ça ne m’a jamais empêché d’écrire des histoires.

      Garde la fois en toi et en ton écriture, et continue d’écrire 💪

      • 31/10/2020 à 19:35
        Permalien

        Tu écrit très bien ^^ Donc oui ! Et merci beaucoup !

        • 31/10/2020 à 19:48
          Permalien

          Tu parlais à moi ? Je pensais que tu parlais à l’auteur de l’article. Et de rien, c’est normal de s’entraider 😉

      • 04/11/2020 à 00:06
        Permalien

        Bonjour, j’ai 12 ans et bientôt 13 et j’aimerais savoir si on peut écrire des Romans tout en mettant des illustrations ?
        Par-ailleurs si avant de faire des études pour l’écriture je pourrais faire des études dans l’art ? (mon plus grand rêve serait d’étudier dans l’université le plus prestigieuse de corée du sud 🤩) Malheureusement je ne sais pas si même sans bourse je réussirais a faire des études comme cela..
        En plus pour moi il y a tellement de noms que je ne sais absolument plus ou donner de la tête. On est obligé d’avoir un diplôme ou même d’avoir fait des études pour ça pour devenir Écrivain ?

        Merci d’avoir lu ce message et pardon pour toutes les questions 😅..

        • 04/11/2020 à 07:12
          Permalien

          Aucun diplôme n’est nécessaire pour devenir écrivain. Il suffit d’écrire 😉

  • 27/07/2020 à 02:59
    Permalien

    Bonjour, j’ai lu votre article et ça m’as un petit peu découragé, car je vis sur une île (Tahiti, en Polynésie Française) et qu’il faut apparemment faire des interviews aller dans des salons et autre chose et je voudrais demander aussi si les histoires qui sont écrites ne devraient pas être adaptés avec notre âge.

    Par exemple, j’ai 13 ans (14 cette année) et j’ai commencé un livre récemment un ça pour sujet le meurtre. En gros je raconte l’histoire de la fille qui vas devenir l’une des personnes les plus recherchés dans le monde parce que c’est une tueuse en série. Le problème est que les meurtres qu’elle fera seront racontés en “détails”. Est-ce que tu crois que ça pose problème ?

    • 27/07/2020 à 16:55
      Permalien

      Le gore a son public, le problème n’est pas vraiment là.

      La question que tu dois te poser c’est : est-ce que tu veux que cette étiquette d’auteur gore te colle toute la vie ? C’est un genre particulier et cela peut te fermer des portes pour plus tard.
      Mais, à 13-14 ans, tu as encore le temps de voir venir 😉

  • 08/07/2020 à 16:01
    Permalien

    Je viens seulement d’avoir 14 ans.
    Ça fait environ 2 ans que je cherche à écrire un livre, en affinant mon style à chaque essai.
    Bien sûr, c’est loin d’être encore suffisant pour que j’ose publier, mais c’est vrai que la carrière d’auteur m’intéresse, même si ma mère pense que je ne puisse pas l’envisager sérieusement.
    Je sais que c’est difficile de se démarquer dans ce milieu, surtout que l’originalité est difficile à toucher puisque tout les sujets ont déjà été abordés.
    Mais j’aimerais vraiment essayer, c’est un rêve d’enfant.
    J’ai déjà fait lire certains de mes écrits à des camarades et adolescents plus âgés que moi, et leurs réponses m’ont agréablement surprise. Ils ont trouvés mon style “mature”.
    Donc ça me motive vraiment à continuer sur cette voie.
    C’est vrai que j’ai toujours eu le rêve de publier un livre avant ma majorité, mais en voyant cet article, je prends conscience que ce sera difficile.
    Pourtant j’aimerais le faire, pour une raison qui m’est inconnue. Ce n’est pas pour l’argent, ça j’en suis sûre.
    Je pense que c’est parce qu’avoir le livre papier sera une sorte d’aboutissement, un but atteint dans ma jeune vie.
    Je suis, comme tout(e)s adolescent(e)s, un peu perdu dans ma vie, mais l’écriture est un de mes seuls échappatoires et je ne compte pas y renoncer.
    Merci d’avoir pris le temps d’écrire cet article, qui m’a vraiment aidé.

    • 09/07/2020 à 14:41
      Permalien

      Merci beaucoup pour ton commentaire !

      Si c’est simplement pour avoir ton livre entre les mains, pourquoi ne pas juste le faire imprimer pour toi et tes proches ?
      Et si tu cherches à être lue, as-tu pensé à publier sur des sites comme Wattpad ou Scribay ?

  • 28/06/2020 à 17:41
    Permalien

    Bonjour,j’ai 12 ans et ça fait déjà 2 ans que j’essaie d’écrire un livre.j’en ai commencé 4ou5 mais je change à chaque fois , car je jamais à trouver comment raconter mes histoires!♡☆avez vous une technique pour m’aider à écrire mon livre? J’essaie de devenir la plus jeune autrice du monde…
    Merci de votre réponse! 😊😁📚📚📚ps;pouvez vous me répondre dans les commentaires.car je n’ai pas d’adresse mail pour l’instant.

    • 03/07/2020 à 11:42
      Permalien

      Bonjour,

      As-tu déjà essayé de préparer tes histoires en faisant des plans (tu écris un résumé de ton histoire avec le début, le milieu et la fin) et des fiches de personnages (avec leur nom, prénom, âge, caractéristiques physiques, caractère…) ?
      Quand on écrit une histoire, c’est toujours bien de savoir où l’on va.

      Ensuite, il faut s’accrocher pour écrire un livre. C’est difficile. Commence peut-être par viser des histoires courtes. Tu rallongeras tes récits petit à petit, au fil de ton écriture.

      Bon courage et bon travail !

Commentaires fermés.

%d blogueurs aiment cette page :