Les 17 étapes de l’autoéditionTemps de lecture estimé à 12 minutes

Aujourd’hui, j’aimerais détailler avec vous les différentes étapes de l’autoédition.

L’ordre et les étapes qui suivent sont données principalement dans le cadre d’une première publication. Certaines étapes ne seront pas à répéter pour de futures publications.
Et, bien sûr, je pars du principe que votre livre est déjà écrit.

1. Choisir votre imprimeur et votre plateforme de vente pour votre ebook

Cela peut paraître étonnant de placer cette étape en premier. Pourtant, elle est déterminante pour la suite.

En effet, les choix que vous ferez pour imprimer, diffuser et distribuer votre livre définiront les étapes que vous devrez franchir pour publier votre livre.
Ainsi, certaines méthodes vous obligeront à tout faire par vous-même, là où d’autres vous mâcheront une bonne partie du travail et vous feront sauter quelques étapes.

Le choix de l’imprimeur arrêtera ainsi :

  • le format de votre livre : tous les imprimeurs n’impriment pas tous les formats ; par exemple, KDP imprime en suivant les standards américains, certains imprimeurs ne vous offrent le choix qu’entre de l’A6, de l’A5 et de l’A4, d’autres encore vous proposent des choix intermédiaires ou plus variés.
  • la reliure : collée, cousue, agrafée, à anneau, dos rond, dos plat, etc.
  • la couverture : dure ou souple, avec ou sans jaquette, avec ou sans rabat…
  • le pelliculage : mat, soft touch, brillant, vernis sélectif, dorure…
  • le papier : blanc ou crème, bouffant ou pas, le grammage, photo mat ou brillant…
  • l’impression en couleur : possible ou non, choix des pages ou pas…
  • la partie incompressible du prix du livre
  • etc.

Outre l’impression, il y a également la question de la diffusion et de la distribution : souhaitez-vous passer par une plateforme qui s’occupera de référencer votre livre en librairie ? Et l’envoi aux libraires, qui s’en chargera ? Sur quelle(s) plateforme(s) souhaitez-vous vendre votre ebook ? Etc.
Autant de questions qui ont une importance capitale pour la suite de votre aventure.

2. La demande d’ISBN (facultatif)

S’il est obligatoire d’attribuer un numéro ISBN à tout ouvrage sortant du cadre privé, il n’est pourtant pas obligatoire de demander des ISBN et d’avoir ses propres segments. En effet, comme précisé dans le point précédent, certaines plateformes se chargent de certaines étapes pour vous, dont celle d’attribuer un numéro ISBN à vos publications.

En outre, dans plusieurs pays, la demande d’ISBN est payante (c’est le cas pour la France et la Belgique francophone depuis mars 2019 où les premiers segments coûtent 25€, mais le renouvellement est gratuit), raison de plus pour se renseigner avant de risquer de perdre de l’argent.

Dans le cas où il vous faudrait des numéros ISBN, c’est bien de les demander rapidement, car ils peuvent mettre jusqu’à 3 semaines pour vous être envoyés.



3. Correction, bêta-lecture et recorrection

L’étape des relectures et des corrections n’arrive qu’en troisième position pour la simple et bonne raison que l’on corrige mieux son texte après un temps de pause. Cela permet de prendre du recul et d’avoir le regard et l’esprit plus aiguisés.

En outre, les étapes précédentes prennent du temps. Vous pouvez vous y consacrer pendant que votre roman est entre les mains de vos bêtas-lecteurs et lectrices ou de votre correcteur/correctrice. Cela vous permettra de vous occuper l’esprit et de ne pas trop stresser en attendant leurs retours 😉



4. Choisir la date de publication

Je mets cette étape à cet endroit, car elle va définir le rétroplanning de vos actions. Mais, si c’est votre premier livre, c’est une étape que vous pouvez sauter.

Toutefois, si vous souhaitez tout de même vous fixer une date de publication (pour vous motiver, par exemple), il y a deux choses à prendre en compte :

  1. Vous ne connaissez pas votre rapidité d’exécution des prochaines tâches et il se peut que votre prévisionnel soit complètement à côté de la plaque. Pour un premier livre, je vous conseille d’effectuer les différentes tâches et d’observer le temps que vous prenez pour les faire. — L’un de mes clients pensait pouvoir publier son premier livre en 2 mois, autant vous dire qu’il n’y est pas arrivé, car il ne s’était pas rendu compte de la masse de travail à accomplir et du temps que cela lui prendrait.
  2. Si vous avez des échanges à faire avec différents prestataires (correcteur, bêta-lecteurs, illustrateur, maquettiste, imprimeur…), ce sont des temps à prendre en compte, temps que vous ne connaissez pas encore. — Pour ma part, je travaille avec une équipe fixe et, à force, nous sommes rôdés et je sais qui met combien de temps à faire quoi.

Pensez donc à choisir une date réaliste, pas trop proche, qui vous permettra d’absorber les retards éventuels.

5. L’illustration de couverture

Que vous la réalisiez vous-même ou que vous la fassiez faire par quelqu’un d’autre, il est grand temps de penser à ce que vous voulez voir y figurer : les décors, les personnages, les couleurs, les formes, le style…
Mais aussi à comment vous allez la réaliser ou à qui vous comptez faire appel.
Évidemment, vous pouvez effectuer cette étape entre deux phases corrections.



6. La mise en page papier

Soit vous la réalisez vous-même, soit par un prestataire. Ce dernier peut être indépendant ou rattaché à votre imprimeur. Certaines plateformes d’autoédition proposent ces services. Rappelez-vous toutefois qu’elles vous feront une mise en page type et non quelque chose de personnalisé.

7. Décider du prix de vos livres papier et numérique

Vous devrez décider le prix de vos livres en fonction :

  • des incompressibles (coûts d’impression, commission éventuelle d’un diffuseur/distributeur…)
  • de votre seuil de rentabilité (nombre d’exemplaires à vendre pour vous rembourser vos investissements) 
  • du prix moyen de votre marché (mettre votre livre au-dessus comme en dessous du prix du marché ne vous servira pas)

Lorsque vous fixez le prix de votre livre, n’oubliez pas que vous ne pourrez pas le changer à votre guise. Le prix du livre doit être unique et identique sur toutes les plateformes. Les promotions sur les livres papier ne sont plus possibles depuis la Loi Lang, hormis les 5% de réduction accordés pour le lancement du livre et uniquement à cette occasion.

8. Faire la première partie de son dépôt légal (facultatif)

Je sais que beaucoup d’entre vous se sont sûrement étranglés en voyant la mention “facultatif”.
Avant de m’incendier dans les commentaires, laissez-moi le temps de vous expliquer.

Premièrement, le dépôt légal n’est pas obligatoire dans tous les pays. C’est le cas par exemple en Suisse où chaque canton a ses propres règles. Donc, commencez par vous renseigner pour savoir si vous êtes soumis-e au dépôt légal obligatoire et, si oui, où.

Les lois sont différentes selon les pays : parfois les publications ne sont soumises au dépôt légal obligatoire que pour les publications faites sur le territoire, dans d’autres cas c’est la nationalité de l’auteur ou de l’autrice qui prime.

Deux exemples pour vous illustrer mon propos :

  1. La France soumet toutes les publications faites sur son sol, mais pas les publications faites par des auteurs et autrices françaises. Ainsi, si vous êtes français-e, mais que vous publiez au Canada, vous n’êtes pas soumis-e au dépôt légal en France, mais juste au Canada.
  2. La Belgique soumet toutes les publications faites sur son sol au dépôt légal, mais également toutes celles d’auteurs et autrices de nationalité belge. Ainsi, les ouvrages d’Amélie Nothomb sont soumis au dépôt légal en France (puisque publiés sur le sol français) et en Belgique (puisqu’elle est de nationalité belge).

Secondement, comme précisé dans le point un, certaines plateformes d’autoédition se chargent du dépôt légal à votre place.

Pourquoi parler de la “première partie” du dépôt légal ?

Quel que soit le pays dans lequel on se trouve, le dépôt légal se compose toujours de la même chose : une fiche descriptive du livre et au moins un exemplaire du livre à déposer.
Dans la plupart des pays, la fiche descriptive peut être envoyée avant l’exemplaire du livre et avant la date de sortie du livre.
Pour rappel : dans les pays où le dépôt légal est obligatoire, il doit être fait au plus tard le jour de la sortie du livre.



9. Les couvertures papier et ebook

La couverture de votre livre papier ne peut être réalisée qu’une fois que vous connaîtrez l’épaisseur de votre livre, et donc le nombre de pages de ce dernier.  C’est pour cette raison qu’il est indispensable de commencer par la mise en page de votre livre papier.
Quant à la couverture de l’ebook, n’oubliez pas de la conformer aux dimensions standards demandées par les différentes plateformes.



10. La mise en page ebook

Lorsque vous exporterez votre ebook dans les différents formats, n’oubliez pas de vérifier qu’il n’y a pas de problèmes, surtout si vous avez des illustrations à l’intérieur de vos livres.

11. L’envoi des fichiers à l’imprimeur

Le délai d’impression dépend de chaque imprimeur, mais aussi de la période de l’année (vous aurez plus de chance d’avoir des retards en approchant de la période de Noël, par exemple), pensez à vous renseigner à propos des délais d’impression et de livraison.

Si vous passez par une plateforme d’autoédition, pensez à prendre en compte les délais de référencement.

Pensez à commander un exemplaire test si c’est possible.

12. L’envoi des fichiers ebook

Soit vous passez par un diffuseur qui se charge d’envoyer votre livre sur différentes plateformes, soit vous devez tout faire vous-même.

13. L’inscription à Dilicom et à la FNAC (facultatif)

Dilicom est l’un des principaux réseaux de diffusion en librairie en francophonie et la FNAC dispose de son propre système de référencement.
Cette étape est facultative si vous ne voulez pas que votre livre soit vendu en librairie ou si votre plateforme d’autoédition le fait pour vous.

14. L’inscription de votre livre sur les bibliothèques en ligne

Les bibliothèques en ligne sont des réseaux sociaux de lecteurs et lectrices qui leur permettent de noter et de commenter les livres qu’ils et elles lisent.
Parmi les plateformes les plus connues, il y a :

Bien sûr, ce n’est pas une étape obligatoire, mais c’est toujours utile pour faire connaître son livre.

15. Commander vos exemplaires auteurs

Si vous ne l’avez pas fait dans la foulée de l’envoi de vos fichiers à votre imprimeur, c’est le dernier moment pour commander vos exemplaires auteurs, surtout si vous devez faire votre dépôt légal.

16. Faites la seconde partie de votre dépôt légal (facultatif)

La seconde partie du dépôt légal consiste en l’envoi de l’exemplaire ou des exemplaires auprès de la bibliothèque (ou des bibliothèques) dont vous dépendez.
Encore une fois, cette étape est facultative si un prestataire s’en charge pour vous.

17. Sortir votre livre

À vous de voir quel genre de lancement vous sied : une séance de dédicace dans un café, une salle louée pour l’occasion, un salon ou une librairie qui veut bien entendre parler des autoédités ; un événement sur votre blog ; un live sur YouTube ; rien du tout ; etc.

La promotion

Il est difficile de parler de la promotion de son livre comme étant une étape à faire à un moment défini du processus tout simplement parce que la promotion commence avant l’écriture et ne se termine jamais.
Si vous souhaitez faire une promotion efficace pour faire connaître votre livre, il faut que vous communiquiez régulièrement à partir du moment où vous commencez à préparer votre roman.

La promotion, c’est comme les inscriptions à la crèche : si vous souhaitez trouver une place, il faut la faire dès la conception ! 😂



Les étapes que vous pouvez déléguer

Bien sûr, même si l’autoédition est définie comme étant un mode de publication où l’auteur ou l’autrice de l’œuvre se charge de toutes les étapes d’édition, de publication et de promotion de son livre, il est tout de même possible de déléguer certaines étapes.

Rassurez-vous, il n’y a pas de dieu ou de déesse de l’autoédition qui vous jettera une malédiction si vous faites faire la mise en page par quelqu’un d’autre et vous ne serez pas moins légitime non plus.

Les étapes que vous pouvez déléguer à un professionnel :

  • la bêta-lecture : certaines personnes trouvent cela scandaleux de payer quelqu’un-e pour de la bêta-lecture, mais rappelez-vous qu’un prestataire aura un regard objectif sur votre manuscrit et votre livre sera protégé par un contrat de confidentialité.
  • la correction : une correction faite par un correcteur professionnel (pas un ami bon en orthographe ou un prof. de français) est un réel gage de qualité.
  • la mise en page
  • le dépôt légal dans certains cas
  • la diffusion (c’est-à-dire le référencement auprès des différents revendeurs) : certaines plateformes vous permettront de référencer vos livres sur des librairies (physiques et numériques) auxquelles vous n’aurez pas accès en votre seul nom.
  • la distribution : n’oubliez pas que si vous ne passez pas par un distributeur, ce sera à vous d’honorer toutes les commandes, celles des particuliers comme celles des libraires.
  • une partie de la promotion : vous pouvez, par exemple, engager une community manager pour gérer vos réseaux sociaux, un rédacteur web pour tenir votre blog, une assistante personnelle pour gérer votre logistique en salon, un organisateur d’événement pour vos lancements, etc. 

J’insiste sur le fait de faire appel à un ou des professionnels, car l’autoédition souffre encore trop d’amateurisme dans de multiples domaines. Ce qui a pour conséquence de nous fermer des portes et de nous faire mal voir par les libraires et nombre de lecteurs et lectrices.
Beaucoup trop de personnes nous considèrent encore des rebus de l’édition traditionnelle, à nous de prouver que nous sommes des professionnels, au même titre que les éditeurs, en faisant appel à de véritables prestataires et non en nous accommodant de bric et de broc.

Si vous avez peur d’oublier une étape, je vous propose de télécharger un récapitulatif à garder sous la main. Vous retrouverez dans la section réservée aux abonné-e-s de la newsletter :

Cet article a été envoyé en avant-première aux abonné-e-s de la newsletter Conseils d’autoédition.

Si vous aussi vous souhaitez recevoir la primeur des prochaines publications et bonus, ainsi qu’un accès aux ressources gratuites, n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter !

Et pour vous souhaiter la bienvenue, recevez la liste détaillée des 17 étapes de l’autoédition !

* Champs requis
Conformité RGPD *
Ce que vous attendez de la newsletter *
Les 17 étapes de l’autoédition
Étiqueté avec :                

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :