Choisir son imprimeur quand on s’autoéditeTemps de lecture estimé à 10 minutes

Aujourd’hui, j’aimerais aborder un sujet dont je voulais parler depuis longtemps : le choix de son imprimeur lorsque l’on s’autoédite.

Il ne sera pas question de comparer différentes plateformes, bien que je parlerai de quelques plateformes pour illustrer mes propos. Un article de comparaison de plateformes est toutefois prévu.

Aujourd’hui, je vais vous proposer différentes questions à vous poser pour que vous puissiez affiner vos préférences, orientez vos recherches et choisir la meilleure solution pour vous.
Choisir un imprimeur quand on s’autoédite, ce n’est pas simplement choisir un prestataire, c’est signer un contrat de collaboration commerciale dont dépendra une partie de vos revenus.

Les deux types d’impression

Avant de vous listez les questions j’aimerais faire un rappel des options qui se présentent à vous. En effet, il existe deux types d’impression : l’impression dite traditionnelle et l’impression à la demande.

N.B. : Dans la suite de cet article, je parle à plusieurs reprises du “contact client”. Il ne s’agit pas des retours des lecteurs et lectrices, mais de la gestion des commandes, des problèmes avec les commandes, des retours des livres abîmés, de la facturation, des remboursements, des impayés, etc.

L’impression traditionnelle

L’impression dite traditionnelle est une impression qui se fait en tirage. C’est-à-dire qu’il faut commander un nombre minimum d’exemplaires (en général, le minimum se situe entre 200 et 500 exemplaires) à votre imprimeur qui vous les fournira. Ce sera à vous, ensuite, de les envoyer à vos clients (libraires, plateformes de ventes, lecteurs…)

Avantages :

  • le prix à l’unité est excessivement intéressant
  • la grand choix de personnalisation des couvertures (rabats, vernis sélectif, dorures…) et des papiers
  • contrôle total des ventes

Inconvénients :

  • l’investissement financier initial est important (même si votre livre ne coûte que 3€ à faire fabriquer, le premier tirage vous coûtera entre 600€ et 1500€ au minimum et cela sans compter les autres frais tels que la correction, la couverture, les frais de port…)
  • toutes les démarches administratives et légales vous reviennent (dépôt légal, immatriculation ISBN, attribution d’un code-barre, mentions légales obligatoires sur le livre…) — J’insiste : j’ai de trop nombreuses fois vu des personnes qui pensaient que c’était à l’imprimeur d’accorder un code-barre, d’attribuer un ISBN et de faire le dépôt légal ; ce n’est pas son rôle, le rôle d’un imprimeur, c’est d’imprimer. Si votre livre n’est pas en règle, ce n’est pas son problème, c’est le vôtre.
  • le stockage des livres (il faut de la place pour stocker tout ça et s’assurer qu’ils ne seront pas dégradés par l’humidité, les insectes, la chaleur, le soleil…)
  • Ce sera à vous d’assurer la diffusion (l’inscription sur les différents réseaux de ventes auprès des libraires et des plateformes de ventes), la distribution (les envois des commandes aux libraires), la vente aux particuliers
  • certains canaux de ventes vous seront inaccessibles
  • l’investissement en temps est très important (c’est vous qui gérez tout, absolument tout)
  • contact client

De mon point de vue, le système en tirage est intéressant si vous comptez vendre principalement en salon et grâce à des séances de dédicace. Si vous souhaitez également vendre sur internet et en librairie via un réseau de diffusion, ce système vous demandera beaucoup de temps et ne vous en laissera pas pour écrire (un désavantage si c’est votre cœur de métier).

L’impression à la demande

L’impression à la demande est une technique d’impression particulière qui s’inscrit dans un processus commercial. L’impression, au lieu d’être un tirage d’une grande quantité d’ouvrages calculé sur base d’une estimation des ventes, est faite en fonction des commandes passées à l’imprimeur, et ce, sans exiger un nombre minimum d’exemplaires. L’impression à la demande permet d’éviter la surproduction et, donc, les invendus à détruire ou à stocker et le gaspillage. Toutefois, en général, l’impression à la demande s’inscrit dans un processus commercial qui s’étend au-delà de la simple impression puisque l’éditeur (ou l’autoédité-e dans notre cas) n’est plus un intermédiaire entre le client (lecteur ou libraire) et l’imprimeur. Avec l’impression à la demande, le lecteur passe directement commande auprès de l’imprimeur (soit par son libraire ou une plateforme de vente) et l’imprimeur imprime l’exemplaire commandé et l’envoie directement au lecteur (ou au libraire par qui la commande a été faite).

Il existe toutefois une différence entre un simple imprimeur à la demande et une plateforme d’autoédition. L’imprimeur ne fait qu’imprimer et envoyer le livre alors que la plateforme fournit toutes une série de services annexes tels que l’attribution d’ISBN, le dépôt légal, la diffusion-distribution en librairie et sur plusieurs plateformes de vente, conversion du texte en ebook, conception de la couverture, mise en page, correction, création de matériel publicitaire…

Avantages :

  • faible investissement au départ (sauf avec certaines plateformes qui font payer très cher certains forfaits)
  • possibilité de déléguer certaines démarches 
  • aucune gestion logistique nécessaire
  • présence en librairie et sur de multiples plateformes de vente
  • vérification de la conformité légale des fichiers (le niveau de vérification dépend de la plateforme)
  • aucun contact client à gérer

Inconvénients :

  • le prix à l’unité est plus élevé qu’en impression traditionnelle
  • choix limités en terme de pelliculage des couvertures, de formats et de papiers

De mon point de vue, ce système est idéal si vous souhaitez vendre au plus large public possible car il s’occupe des deux parties les plus chronophages : la logistique et le contact client. Ainsi, ce système vous libère du temps pour faire votre promotion et écrire d’autres livres (un avantage si c’est votre cœur de métier).

Les questions

1. Qu’attendez-vous de l’autoédition ?

Ce n’est un secret pour personne, mes conseils s’adressent aux personnes qui souhaitent devenir des auteurs et autrices indépendantes (c’est-à-dire faire de l’autoédition leur métier) et à celles et ceux qui veulent en tirer des revenus substantiels, comme un complément de salaire de mi-temps.

Il est donc primordial de commencer par vous demander ce que vous voulez vraiment. L’autoédition n’est pas une solution miracle pour “gagner des revenus passifs facilement et partir en vacances toute l’année” comme on peut lire trop souvent. En autoédition, comme ailleurs, on n’a pas le beurre et l’argent du beurre. Il faut travailler et investir de son temps, de sa personne et de son argent pour que ça marche.

Connaître la place que l’on souhaite donner à l’autoédition dans sa vie et dans son projet professionnel vous permettra de choisir la solution la plus adaptée à vos besoins et vos envies.

Pour vous aider à prioriser, voici quelques questions complémentaires :

  • Combien de temps (en heure) par semaine êtes-vous prêt-e à investir pour le marketing de vos livres ? (tout ce qui ne concerne que votre branding, votre communication et l’élaboration de votre stratégie marketing)
  • Combien de temps (en heure) par semaine êtes-vous prêt-e à investir dans les tâches administratives ? (comptabilité, déclaration fiscale, échanges avec vos prestataires, réponses aux mails client…)
  • Combien de temps (en heure) par semaine êtes-vous prêt-e à investir dans votre logistique ? (gestion des stocks de vos livres, envoi des commandes aux lecteurs, pilon des exemplaires abîmés…)
  • Quel(s) budget(s) mensuel et/ou annuel êtes-vous prêt-e à allouer à l’ensemble de votre activité d’auteur/autrice autoéditée ? (correction de vos manuscrits, illustration et conception de vos couvertures, maquette intérieure, frais d’impression, budget marketing [pub Facebook/Twitter/Instagram/Google Ads, newsletter, application de programmation des posts sur les réseaux sociaux…], abonnement de référencement, “budget concours”, conception/maintenance du site internet, expert comptable, frais de création d’entreprise…) 
  • Vos proches vous soutiennent-ils ?


2. Quelle est votre priorité ?

Est-ce d’écrire d’autres livres ? De n’en écrire que quelques uns de temps en temps et de vous concentrer sur la vente de ces derniers ? 
Établir vos priorités vous permettra de définir avec plus de précision les tâches que vous souhaiterez déléguer afin de vous dégager du temps pour vos priorités. Gardez tout de même à l’esprit qu’il n’existe pas de solution miracle pour vendre vos livres. À moins de payer un ou plusieurs prestataires qui s’occuperaient de faire votre marketing à votre place, il vous faudra mettre la main à la pâte.
Et si vous ne voulez pas vous occuper de votre marketing et que vous ne voulez pas payer quelqu’un non plus, mais que vous voulez vendre vos livres, alors l’autoédition n’est clairement pas faite pour vous 😉




3. Acceptez-vous de déléguer pour gagner du temps pour vos priorités ?

Comme Ethan l’a très bien rappelé dans sa vidéo, si on fait appel à un prestataire, c’est pour gagner du temps pour écrire nos autres livres.
Je vous conseille d’aller jeter un oeil à sa propre liste de question qui est complémentaire à la mienne : Impression à la demande POD Quelle plateforme d’autoédition choisir



4. Avez-vous la place pour stocker des livres et la possibilité de les préserver ?

Comme je l’ai déjà dit, des livres, ça prend vite de la place et ça s’abîme vite si ce n’est pas conservé dans de bonnes conditions.


5. Quelles options d’impression voulez-vous ?

Formats, qualité et couleur du papier, qualité des livres, couverture matte/brillante/vernis sélectif, reliure, etc.


6. Voulez-vous faire beaucoup de salons ?

Si oui, optez plutôt pour un impression classique si vous pouvez stocker vos livres chez vous et avancer de grosses sommes à chaque tirage.
Vous pouvez également opter pour une solution hybride si vous voulez aussi vendre sur des plateformes de vente en plus des salons, mais faites attention à ne pas avoir de format de livres différents pour éviter de dépareiller les bibliothèques de vos lecteurs et lectrices. 


7. Voulez-vous une diffusion-distribution en librairie physique ?

  • Si oui, pouvez-vous/voulez-vous gérer la logistique des envois aux clients et libraires ?
  • Si oui, pouvez-vous/voulez-vous gérer les contacts et les problèmes des clients ? 


8. Sur quelle(s) plateforme(s) de vente voulez-vous être présent-e ?

Certaines plateformes ne sont accessibles qu’avec certains prestataires.


9. A quelle fréquence voulez-vous toucher vos revenus ?

Par exemple : 

  • Amazon paie tous les mois sans nécessité d’atteindre un montant minimum.
  • Books on Demand paie tous les trimestres à partir de 25€.
  • Bookelis paie tous les quadrimestres à partir de 30€.
  • Librinova paie tous les semestres à partir de 10€.
  • Avec l’impression traditionnelle, vous touchez vos revenus à chaque vente.


10. Tenez-vous absolument à utiliser vos propres segments ISBN ?

En se rappelant que, depuis mars 2019, la commande de nouveaux segments coûte 25€ à l’AFNIL (pour la Belgique francophone et la France).




11. Voulez-vous une distribution française/européenne/mondiale ?


12. Voulez-vous pouvoir offrir la possibilité d’envoyer des SP physiques ?

Si oui, êtes-vous prêt-e à payer pour ou préférez-vous que cela soit pris en charge par votre imprimeur ?


13. Voulez-vous avoir la possibilité d’être mis en relation avec un éditeur ?


14. Voulez-vous des services de mise en page ?


15. Voulez-vous des services de conception de couverture ?


16. Quelle marge et/ou montant minimum voulez-vous gagner sur chaque livre ?

Cette question vous permettra de vous décider lorsque vous établirez le prix de votre livre : les coûts de fabrication des livres varient en fonction des plateformes et le minimum que vous souhaitez gagner par livre peut induire un tarif rédhibitoire pour les lecteurs.


17. Acceptez-vous de payer tous les ans/mois pour imprimer et diffuser-distribuer votre livre ?


18. Vous souciez-vous de la qualité du cadre de travail des employés de l’imprimerie ?

Les employés des ateliers polonais d’impression d’Amazon ne sont clairement pas traités de la même manière que les employés des ateliers français de Bookelis, par exemple.


19. Vous souciez-vous de l’investissement écologique de l’imprimeur ?


20. Quelle qualité de livre souhaitez-vous ?


21. Souhaitez-vous avoir un service de conversion en ebook inclus ?

La question de la diffusion et de la distribution des ebooks arrivera plus tard, rassurez-vous 😉

Voilà ! C’est tout pour aujourd’hui !
J’espère que cet article vous sera utile pour vous guider dans vos choix.

Cet article a été envoyé en avant-première aux abonné-e-s de la newsletter Conseils d’autoédition.

Si vous aussi vous souhaitez recevoir la primeur des prochaines publications et bonus, ainsi qu’un accès aux ressources gratuites, n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter !

Et pour vous souhaiter la bienvenue, recevez la liste détaillée des 17 étapes de l’autoédition !

* Champs requis
Conformité RGPD *
Choisir son imprimeur quand on s’autoédite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :