Profiter de ses vacances pour écrire : les 3 erreurs à éviterTemps de lecture estimé à 5 minutes

En cette période estivale, vous êtes nombreux et nombreuses à profiter de vos vacances pour retourner à vos histoires. Que vous soyez encore aux études et puissiez profiter de vos deux mois d’été ou que vous soyez dans la vie active et ne disposiez que de deux ou trois semaines (avec ou sans enfants), il est fort probable que vous ayez remis le nez dans votre ou vos projets.

Mais n’écrire que pendant les vacances n’est pas toujours évident, et ce, même si on a une paix royale parce que les parents sont en vacances et/ou que les enfants sont avec eux.

Voici donc 3 erreurs à éviter si vous n’écrivez que pendant vos vacances et pas pendant l’année.

1. Ne pas s’échauffer

Écrire, c’est surtout une gymnastique de l’esprit, un sport cérébral. Et comme dans toute pratique sportive, quand on s’y remet après une longue pause, on n’est pas à fond de nos capacités. Il faut y aller petit à petit pour éviter les blessures, pour reprendre ses marques et ses habitudes.

Il en va exactement de même pour l’écriture. Lorsque l’on rédige, on fait appel à certains mécanismes de notre pensée. Il faut se réhabituer à penser d’une certaine manière, à imaginer des scènes pour ensuite trouver les bons mots et les bonnes tournures pour les fixer sur le papier. Ce n’est pas le genre de chose qui revient en 5 minutes. Aussi, pour éviter les frustrations et les stagnations dans l’écriture, il vaut mieux commencer petit et y aller progressivement.

Commencez par vous re-familiariser avec vos processus (si vous en aviez) en vous replongeant dans les notes du projet que vous voulez reprendre ou en en prenant de nouvelles.

Ensuite, prenez le temps de renouer avec votre écriture, votre style, vos mots en écrivant de petites scènes ou de petites descriptions des éléments que vous souhaitez développer dans votre projet.

Enfin, écrivez un peu tous les jours. Trouvez-vous un créneau horaire dans votre emploi du temps et respectez-le le plus possible (vous êtes en vacances tout de même, ne soyez pas trop strict avec vous-même).

Pour vous échauffer, je vous conseille vivement le défi sablier, qui consiste à augmenter son temps d’écriture journalier pour finir par écrire une heure par jour.


À lire aussi : 3 défis d’écriture

2. Foncer tête baissée

L’un des meilleurs moyens d’échouer la reprise de l’écriture et votre ou vos projets, c’est de se dire que votre temps disponible pour écrire est limité et que vous devez donc grattez le plus de mots possible.

C’est, bien évidemment, une très mauvaise idée. Se lancer dans un projet, tête baissée, sans savoir où l’on va est le meilleur moyen de n’arriver nulle part. Prenez un temps de préparation (ou replongez-vous dans vos notes si c’est un projet déjà existant). D’abord, cela vous remettra dans le bain (cf. le point 1 de cet article), ensuite, vous aurez une meilleure vue d’ensemble de votre projet et, donc, de meilleures chances de réussite.

Attention toutefois de ne pas passer votre temps à construire votre histoire. Vous n’avez pas besoin de créer une encyclopédie de votre projet avant de vous mettre à la rédaction. Une vague notion de votre intrigue, quelques caractéristiques physiques et comportementales de vos personnages et quelques précisions quant au cadre spatio-temporel suffisent amplement. Prenez simplement le temps de poser vos idées avant de vous lancer. Vous serez plus serein ou sereine et avancerez d’autant plus vite et efficacement.


3. Viser trop haut

Comme on se dit qu’on a le temps, on se prévoit un programme intensif d’écriture pour viser la lune. Seulement, ce genre d’objectif est rarement réalisable, et ce, pour plusieurs raisons.
D’abord, comme dit plus haut, si on ne prend pas la peine de s’échauffer, on court droit au claquage (et donc dans le mur).
Ensuite, notre entrain risque rapidement de tomber comme un soufflé face à toute la masse de travail qu’on s’est prévu. C’est bien connu, au bout d’un moment, les projets perdent l’attrait de la nouveauté et on finit par s’en désintéresser.
Enfin, les imprévus sont nombreux pendant les vacances et, surtout, on n’a pas toujours envie de se transformer en ermite pour écrire son roman. Les vacances sont aussi le moment où l’on se repose et où l’on passe du temps avec sa famille et ses amis. Pensez-y quand vous établirez votre planning de travail.

D’ailleurs, au lieu de viser directement l’énorme dodécalogie de science-fiction, essayez plutôt de commencer par écrire une nouvelle. Cet exercice vous permettra de vous remettre dans le bain, de pouvoir mieux juger si votre projet a du potentiel (selon vous) et, surtout, s’il vous intéresse et vous plait vraiment. Car c’est le plus important : se faire plaisir !

Pour vous aider dans la rédaction d’une nouvelle et, surtout, pour ne pas y passer votre été, je vous propose mon petit guide et ses fiches pdf imprimables pour écrire une nouvelle en 7 jours.
7 jours c’est amplement suffisant pour rédiger une nouvelle qui tient la route et pour vous rendre compte si votre projet vous plait ou pas.

D’ailleurs, soit dit en passant, les fiches peuvent aussi servir à écrire des romans. Je dis ça… 😉

Profiter de ses vacances pour écrire : les 3 erreurs à éviter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :