5 fausses idées sur l’autoéditionTemps de lecture estimé à 7 minutes

Je croise souvent des auteurs et des autrices qui parlent de leur décision de choisir l’édition indépendante ou le compte d’éditeur. Malheureusement, leurs argumentaires sont souvent basés sur de fausses idées qui pourraient leur réserver de très mauvaises surprises, et ce, qu’ils ou elles choisissent un mode d’édition ou l’autre.

Par le biais de cet article, j’ai voulu revenir sur les 5 fausses idées que je croise le plus souvent.



1) Je choisis le compte d’éditeur parce que je ne veux pas m’occuper de ma promotion

Il faut savoir que même dans l’édition classique, c’est à l’auteur ou l’autrice de faire une bonne partie de sa promo parce que l’éditeur n’a pas le temps ni les moyens de s’occuper de tout et de tout le monde, surtout s’il s’agit d’une petite maison d’édition.

Quant au plus grosses maisons, les éditeurs font le minimum pour leurs auteurs, sauf pour leurs auteurs et autrices phare pour qui il y a un vrai budget marketing et un vrai plan de promotion qui sont prévus.

Chez Gallimard, par exemple, ils se contentent d’inscrire les livres au catalogue et c’est tout. Il n’y a que les têtes de gondole, les sélectionné-e-s pour les Goncourt/Renaudot et les auteurs et autrices à succès qui bénéficient d’une véritable mise en avant. Les autres, doivent se débrouiller par eux-mêmes.

Donc, bien que pouvoir présenter le nom d’une maison d’édition à compte d’éditeur ouvre certaines portes de salons ou de librairies pour des dédicaces, cela ne facilitent pas pour autant la promotion.

Si vous voulez vous faire connaître du public, il voudra vous remonter les manches, et ce, que vous soyez autoédité-e ou pas.

2) Je choisis le compte d’éditeur parce que je ne sais pas tout faire moi-même

Il est vrai que lorsque l’on s’autoédite, il faut pouvoir maîtriser plusieurs outils afin de réaliser une belle mise en page (ou au moins une mise en page correcte), de comprendre certains termes techniques afin de pouvoir envoyer des fichiers correctement formatés à l’impression, tout ça sans oublier les démarches administratives.

Mais c’est sans compter tout le réseau des auteurs et autrices indépendantes qui est là pour vous aider dans toutes ces démarches, tous les tutoriels sur internet ainsi que tous les prestataires (comme moi) qui peuvent faire le travail à votre place (pour ce dernier point, il y a également une question de coût qui peut aussi entrer en jeu, mais n’oubliez pas que nous sommes là).

La plupart des autrices et auteurs indépendants sont autodidactes et ont appris par eux-mêmes tout ce qu’il y a à savoir. De plus, nous (les « indés ») formons une large communauté toujours prête à s’entraider. Si vous choisissez l’autoédition, vous ne serez pas seul-e.

3) Je choisis l’autoédition parce que je veux être repéré-e par un éditeur

Beaucoup de personnes qui choisissent l’autoédition comme tremplin vers l’édition classique se bercent d’illusions. Les histoires d’Agnès Martin-Lugand ou d’Aurélie Valognes sont des contes de fées qui n’arrivent que très rarement.

Très peu d’éditeurs prennent la peine de lire les livres autoédités et quand ils le font, c’est parce qu’ils cherchent quelque chose de précis (un genre, une plume, une histoire…) pour compléter ou lancer une collection.

Il y a donc très peu de chance de se faire repérer de cette manière, en tout cas, pas sans démarcher les éditeurs en parallèle de l’autoédition.

4) Je choisis l’autoédition parce qu’en deux clics mon texte est publié

Les personnes qui utilisent cet argument, s’en serve surtout dans le sens où il n’y a pas d’attente entre le moment où le texte est terminé et celui où il est offert au public.

En soi, ce n’est pas une fausse idée. Il est, effectivement, possible d’écrire un texte et de le publier dans la foulée.

Mais c’est oublier qu’un livre ne se publie pas comme ça, « en deux clics ». En tout cas pas si on souhaite être lu-e, apprécié-e et, surtout, rester dans la légalité.

Pour avoir un livre autoédité qui fonctionne et qui soit apprécié des lecteurs et des lectrices, il faut un minimum de travail sur le texte en question. Pour qu’un texte soit agréable, il faut des relectures, des corrections, une mise en page, respecter les mentions légales qui doivent figurer dans le livre, etc. et, surtout, de la promotion. Car ce n’est pas parce qu’un texte est mis en ligne qu’il sera lu. Pour que les lecteurs et les lectrices le trouve, il faut en parler, il faut le présenter. Et tout ça, ça ne se fait pas en deux clics.



Certaines de ces personnes font également référence à une forme d’absence totale de contraintes éditoriales, une sorte de littérature freestyle.

Si l’on souhaite publier ses textes dans le seul but de partager l’art pour l’art, pourquoi pas ?

Mais le public ne paie pas pour recevoir une forme d’art expérimental (sauf s’il s’y attend). Beaucoup de ces détracteurs et détractrices militent presque pour une anarchie syntaxique et typographique. J’ai déjà croisé des argumentaires de ces personnes disant que si on choisit d’être indépendant-e c’est pour s’affranchir des contraintes éditoriales telles que la mise en page et la typographie et que ça n’avait pas de sens de s’obliger à suivre ces règles si on était indépendant-e.

C’est oublier que l’autoédition n’est pas une forme d’art réfractaire à la norme, mais une forme de publication où l’auteur/l’autrice reste maître-sse de son texte et de son image (parfois même de son intégrité morale). Si on souhaite être lu-e et que des personnes paient pour nos livres, il faut leur offrir un travail propre, c’est-à-dire un texte corrigé, avec une mise en page correcte et, surtout, un respect des normes de la langue française sous peine de ne pas être compris-e.

5) Je choisis l’autoédition parce qu’il n’y a pas de contraintes

Ici, il est question des contraintes fiscales et administratives. Certaines personnes choisissent l’autoédition parce qu’elles pensent que par ce biais, elles n’auront pas de compte à rendre à l’État ou parce qu’il n’y a pas de démarches à effectuer.

Ce qui est, bien évidemment, totalement faux.

Un livre destiné à la vente, qu’il soit numérique ou papier, autoédité ou pas, est un objet soumis à des lois. Lorsque l’on publie un livre, il y a des actions obligatoires à effectuer, telles que lui attribuer un ISBN ou faire un dépôt légal, et des mentions légales qui doivent obligatoirement figurées dans l’ouvrage. Si ce n’est pas fait, vous risquez des amendes qui peuvent être très salées.

En France, par exemple, l’amende pour une absence de dépôt légal s’élève à 75 000€.

Legifrance


En outre, les auteurs et autrices « indé » sont également soumises à la déclaration de leurs revenus (comme tout le monde). Même si les autoédité-e-s ne sont pas soumis-es aux cotisations AGESSA, ils et elles doivent tout de même communiquer aux impôts les revenus de leurs ventes. D’ailleurs, à partir d’un certain seuil, il est obligatoire d’ouvrir une entreprise.

Donc l’autoédition est tout sauf dénuée de contraintes, et ce, qu’elles relèvent de la langue française comme de la législation.



En conclusion, il est important de s’informer avant de se lancer dans l’un ou l’autre des modes d’édition afin de savoir précisément à quoi s’attendre. C’est particulièrement le cas pour l’autoédition. Je croise tous les jours des personnes qui ne savent pas qu’elles sont soumises au dépôt légal, qui ignorent comment déclarer leurs revenus ou qui ne mettent dans leurs livres aucune des mentions obligatoires. Il est très important de ne pas se lancer à l’aveuglette.

5 fausses idées sur l’autoédition

2 avis sur « 5 fausses idées sur l’autoédition »

  • 11/07/2019 à 16:00
    Permalien

    Bonjour,

    J’ai fait des recherches depuis (il faut que je modifie l’article) et si la vente est une activité régulière, il faut créer son entreprise. Toutefois, je ne pense pas que l’État vous tombera dessus si vous vendez de petites sommes à 2 chiffres tous les mois.
    Pour déclarer ses revenus sans avoir créer votre entreprise, il faut les déclarer en BIC (bénéfices industriels et commerciaux) lors de votre déclaration annuelle aux impôts. Avant, les revenus de l’autoédition pouvaient être déclarés en BNC (bénéfices non commerciaux), mais les impôts ont revu leur position et déclaré que les revenus de l’autoédition sont directement issus de la vente et non d’une activité libérale ou artistique et qu’il fallait, dès lors, les déclarer en BIC.

    Répondre
  • 06/07/2019 à 12:20
    Permalien

    Bonjour,

    Merci pour cet article clair et documenté.

    J’aurais besoin d’une petite précision. Vous dîtes « elles doivent tout de même communiquer aux impôts les revenus de leurs ventes. D’ailleurs, à partir d’un certain seuil, il est obligatoire d’ouvrir une entreprise. »
    Est-ce que ça veut dire qu’il n’est pas nécessaire de créer une microentreprise en dessous d’un certain seuil ? Lequel ? Et comment et où déclarer les revenus des ventes en dessous de ce seuil ?

    Merci beaucoup.
    Bel été à vous !
    Pascal

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :